125 vues

Pour retard accusé dans le renouvellement des instances dirigeantes : Le Freden en crise ?

  Ça grogne dans les universités! La gouvernance de la vie associative en ligne de mire. En effet, élus à Malanville en 2018 pour un mandat de 2 ans...

 

Ça grogne dans les universités! La gouvernance de la vie associative en ligne de mire. En effet, élus à Malanville en 2018 pour un mandat de 2 ans et ce, conformément aux textes qui régissent le Front des Étudiants pour le Développement du Nord, l’équipe conduite par Abdou Moutalabi Amadou en fin de mandat depuis bientôt 2ans n’a toujours pas encore pu organiser le congrès électif devant aboutir au renouvellement des instances dirigeantes.

 

C’est du moins ce que dénoncent des étudiants ressortissants du Septentrion et membres de cette association estudiantine. Les requérants tous étudiants des deux grandes universités du Bénin reprochent au bureau directeur du Front, l’incapacité d’organiser à temps, le congrès électif tel que prescrit dans les textes régissant ledit Front. Des rumeurs font état de ce que le Président et ses collaborateurs ainsi pointés du doigt entendent faire de leur mandat déjà expiré, un mandat par eux confisqué pour toujours.

 

A ces rumeurs, Abdou Moutalabi Amadou, Président du Front répond et apporte un démenti systématique. Selon lui, le problème qui se pose ne dépend aucunement de ses collaborateurs et lui mais il est plutôt question, faut-il savoir d’un certain nombre d’ennuis liés à la mobilisation de ressources financières. «Le problème, ce n’est pas moi le Président. Ce ne sont non plus mes collaborateurs. C’est vrai,  quand c’est bon c’est tout le monde et quand ça pète, c’est le Président. J’accepte. Mais le véritable problème que traverse le Front aujourd’hui, c’est celui des cotisations. Il faut qu’on paie les cotisations. Il faut qu’on puise au moins sortir l’argent du bus. Les cotisations que les gens ont faites, c’est moins de  200.000 FCFA. Les cotisations par commune ne n’entrent pas.», a confié Abdou Moutalabi Amadou, Président du Front des Étudiants pour le Développement du Nord Bénin.

 

Conscient des défis à relever pour la bonne marche des choses et par ricochet, une sortie rapide de la crise qui plane sur l’association, le Président Abdou Moutalabi Amadou lance un appel aux autorités politico-administratives de qui des aides sont vivement attendues.

 

Cependant, puisqu’il s’agit d’une tension qui met en prise deux parties protagonistes, les explications apportées par le Président Abdou Moutalabi Amadou n’ont pas satisfait ceux d’en face. Pour ces derniers, contrairement au motif avancé par le Président, «l’argent n’est pas le problème et ne peut pas être le problème.»

 

«Nous étions des témoins de l’élection de son bureau. La majorité des communes n’avaient pas payé leur part de cotisations avant la date du congrès qui a connu l’élection de son équipe. C’était à Malanville, sur le site retenu pour le congrès que ces derniers ont soldé leur compte. Franchement, s’ils voulaient organiser le congrès, ils l’auraient déjà fait depuis. Le Président a sûrement d’autres idées derrière la tête.», ont dénoncé des voix dans le rang des étudiants plaignants.

 

Face à cet état de chose qui ne fait qu’enfoncer le couteau dans la plaie avec à la clé, des divergences, il urge que des démarches soient faites y comprise l’aide des autorités politico-administratives et autres bonnes volontés de la partie septentrionale afin de sauver ce grand creuset qui regroupe toutes les associations des élèves et Étudiants de la région.

 

Au passage, convient-il de signaler que c’est la commune de Bassila qui a été depuis le dernier congrès, retenu pour abriter celui si tant attendu pour conduire au renouvellement du bureau dirigeant.

 

Ikililou ADAMOU IDRISSOU

Categories
Société
Pas de Commentaire

Laisser une réponse

*

*

ARTICLES SIMILAIRES