115 vues

Depuis la campagne jusqu’au lendemain de l’élection présidentielle : Prudencio, Ayadji et l’appel du pied

  (Patrice Talon déteste le bruit et des actions trop propagandistes) Ils font la Une de l’actualité politique nationale depuis quelques jours. Eux, c’est Claudine Prudencio d’une part et...

 

(Patrice Talon déteste le bruit et des actions trop propagandistes)

Ils font la Une de l’actualité politique nationale depuis quelques jours. Eux, c’est Claudine Prudencio d’une part et Jacques Ayadji d’autre part, respectivement présidente du parti Union démocratique pour un Bénin nouveau (Udbn) et Mouvement des élites engagées du Bénin  (Moel-Bénin). En toile de fond, des sorties médiatiques intempestives pour soit se vanter d’être des soutiens d’une certaine taille ou se plaindre des journalistes critiquant l’hyper communication de ces responsables politiques dont les partis ont du plomb dans l’aile à l’ère de la mise en œuvre de la réforme du système partisan au Bénin.

Ça fait trop de bruit chez Prudencio et Ayadji. À quelle fin ? S’attirer sans doute la sympathie du Président Patrice Talon à qui presque toutes les grandes formations politiques font allégeance. Une attitude que l’on peut comprendre aisément parce que l’heure du “partage du gâteau” est approche : un probable remaniement ministériel et des réajustements à certains postes politiques. Mais avait-on besoin de tout ce brouhaha pour être porté dans le cœur du chef si tant est que l’on est un partenaire politique important ?

De toutes les façons, Patrice Talon est insensible aux appels du pied. L’homme a sa méthode de travail qui le distingue de ses prédécesseurs.

À suivre…

Amir Orou Kitikou

Categories
Politique
Pas de Commentaire

Laisser une réponse

*

*

ARTICLES SIMILAIRES