164 vues

ATELIER-BILAN DE LA PRÉSIDENTIELLE D’AVRIL 2021 : L’intégralité du discours du Maire Inoussa Chabi Zimé à la cérémonie d’ouverture

  «Monsieur le Président de la Commission Electorale Nationale Autonome, Monsieur le Préfet du Département du Borgou, chers partenaires au développement ici présents, Mesdames et Messieurs les participants, tout...

 

«Monsieur le Président de la Commission Electorale Nationale Autonome, Monsieur le Préfet du Département du Borgou, chers partenaires au développement ici présents, Mesdames et Messieurs les participants, tout protocole observé! Mesdames et Messieurs ! il est de mon devoir de vous souhaiter avant tout propos la chaleureuse bienvenue à Parakou. C’est désormais une tradition et je le dis avec beaucoup de bonheur. Une tradition donc que la CENA organise certaines de ces activités dans ma ville. Prenez tout du plaisir dans cette belle ville durant ces deux jours.

Monsieur le Président de la CENA, Monsieur le Préfet, Mesdames et Messieurs, le Bénin vient de réussir ces toutes premières élections présidentielles à l’ère des réformes du système partisan. Il est évident et c’est humainement acceptable que ce succès dans un environnement hostile au changement remporte quelques difficultés. Logiquement, on comprend alors les soubresauts marginaux qui ont pu entacher donc ces élections, dans certaines communes comme Bantè, Savè, Tchaourou et Parakou.

Si ces comportements n’expriment pas réellement le ressentiment des populations manifestantes, ils traduisent cependant le mécontentement d’une aristocratie politique d’alors qui n’a pas été en mesure de répondre aux exigences de la législation qui organise désormais les élections présidentielles au Bénin; d’où la nécessité de nous poser la question sur la qualité de nos textes en certaines matières.

Monsieur le Président de la CENA, dure est la loi, mais c’est la loi, dit la Maxime. C’est d’ailleurs fort heureux que la CENA chargée de l’exécution des lois de son ressort n’ait pas été prise en partie, mais il reste que certaines clarifications peuvent être davantage faites sur le Code Électoral pour éviter les confusions qu’on a pu semer dans nos têtes lors de la campagne  électorale.

En effet, mis à l’épreuve, le Code Électoral Béninois vient de nous révéler les endroits où des précisions méritent d’être apportées pour son plein épanouissement. Il en est de même du système d’organisation des élections au Bénin où l’anticipation doit davantage gouverner le processus. Certains actes sont posés presqu’à la limite du possible et pour un petit pépin, on court souvent vers la catastrophe.

En effet, le Borgou et  l’Alibori ont failli ne pas voter à temps pour les raisons que nous connaissons tous relativement aux matériels sensibles. J’en finirai après avoir évoqué le cas de l’administration territoriale. Une passerelle de collaboration, ne serait-ce qu’informationnelle, paraît nécessaire pour le succès des interventions de la CENA sur le terrain. Le fait de fermer la porte à l’administration sur le territoire de laquelle vous intervenez a sa part d’inconvénient.

Mesdames et Messieurs, je ne quitterai pas  cette tribune sans avoir présenté mes sincères félicitations et admirations au Président de la CENA qui vient de remplir pleinement son mandat. Il est évident que le moment n’est pas encore venu mais, c’est  certainement l’opportunité que j’ai pour lui dire ma reconnaissance. Le pays saura vous le reconnaître; il saura également valoriser les acquis pour des victoires encore plus grandes. Plein succès à nos travaux.

Je vous remercie. »

Propos recueillis par William D. AHOUANGBONOU

Categories
Politique
Pas de Commentaire

Laisser une réponse

*

*

ARTICLES SIMILAIRES