5 071 vues

Pour un retour définitif de la paix et l’entente entre filles et fils de la même commune : Forum sur la réconciliation à Tchaourou, peut mieux faire !

  Des cadres de la commune de Tchaourou, représentants des partis politiques, organisations socio-professionnels, têtes couronnées, sages et notables, dignitaires religieux, membres de la fédération des associations de développement...

 

Des cadres de la commune de Tchaourou, représentants des partis politiques, organisations socio-professionnels, têtes couronnées, sages et notables, dignitaires religieux, membres de la fédération des associations de développement de Tchaourou, jeunes et femmes étaient réunis, samedi 19 juin dernier, à la maison des jeunes de la commune pour un forum sur la réconciliation et la cohésion sociale dans la commune de Tchaourou. Un forum, qui selon le comité préparatoire, avait pour objectif principal de ramener de façon définitive la paix et la cohésion sociale entre toutes les filles et tous les fils de Tchaourou d’une part, et de créer un climat de quiétude et de vie paisible pour tous ceux qui y vivent, travaillent et entreprennent d’autre part. Une démarche salutaire, n’est-ce pas ? Mais qui a malheureusement manqué de fond et de forme.

En effet, selon une définition basique, le mot « réconciliation » signifie simplement le « raccommodement de personnes qui étaient brouillées ». A Tchaourou qui était en brouille contre qui ? Le forum sur la réconciliation et la cohésion sociale dans la commune de Tachourou devrait-il se limiter à de classiques présentations d’exposés sur des thématiques telles que «  Tchaourou : Évolution socioéconomique et administrative de la période coloniale, et de 1969 à ce jour ; Démocratie-Violences Electorales ; Réconciliation et développement socioéconomique. » ? La vraie source de la crise qui a secoué Tchaourou ces dernières années est-elle bien identifiée ? Les débats sont-ils ce qu’ils devraient être ? Etait-ce vraiment un forum sur la réconciliation et la cohésion sociale dans la commune de Tchaourou ou une rencontre, certes salutaire, de certaines personnalités politiques de la localité ? Autant d’interrogations qui taraudent les esprits.

Le ministre Dramane Karim, l’ambassadeur Taïrou Kabassi, l’honorable Adam Bagoudou, le préfet du Borgou Djibril Mama Cissé, le maire de la commune de Tchaourou Jonathan Awo et quelques cadres de la commune de Tchaourou présents à la rencontre de samedi pouvaient mieux faire. Car selon un cadre de la commune qui a requis l’anonymat, « ici l’ambition de cette réconciliation devrait être locale et mue de la conviction de tous d’aller de l’avant et de vouloir la paix. Voilà que la démarche est ambiguë. En tout cas j’étais au congrès de la Fadet (fédération des associations de développement) Tchaourou qui a eu cette idée de réconciliation… ». Comme quoi, l’espoir est encore permis, mais il faudra une démarche sincère et dépourvue de tout esprit partisan afin que la commune de Tchaourou ne revive plus jamais les événements douloureux des dernières crises électorales.

Amir Orou Kitikou

Categories
Politique
Pas de Commentaire

Laisser une réponse

*

*

ARTICLES SIMILAIRES