54 vues

Pratiquement non entretenu mais fortement animé : Le parking d’Albarika à Parakou entre dégradation et insalubrité inquiétante

  « Les nids de poule deviennent de trop… » « Pire, dans tout le parc, c’est de la boue partout quand il pleut… » « Nous utilisons parfois même les ordures pour essayer...
Parking d'Albarika à Parakou en situation de dégradation et d'insalubrité

 

  • « Les nids de poule deviennent de trop… »
  • « Pire, dans tout le parc, c’est de la boue partout quand il pleut… »
  • « Nous utilisons parfois même les ordures pour essayer de boucher les trous… »

Situé au quartier Albarika dans le premier arrondissement de la ville de Parakou, le parc de stationnement automobile du Conseil National des Chargeurs du Bénin est le plus grand et le principal lieu de stationnement et de chargement des véhicules de transport en commun des biens et des personnes à Parakou. Ceci en dehors des auto gares secondaires de Guêma et d’Okédama.

En cette saison des pluies qui s’intensifient, cet espace d’échanges entre usagers de la route végète dans un état assez inquiétant et ce, depuis trois ans.

Une descente faite sur les lieux, et le constat est là. Difficile pour les conducteurs, qu’il s’agisse d’automobilistes ou de motocyclistes de circuler. Et pour cause, des nids de poule par ici par-là, des eaux stagnantes çà et là, voilà autant de choses qui dictent leur loi et constituent un véritable casse-tête pour qui veut entrer dans les quatre murs ou sortir de ce parc dont les activités sont pourtant régies par des conditions de son exploitation, parce que bien suivies des autorités compétentes.

Rapprochés, quelques usagers de cet espace de trafic routier se désolent. Hermann Chaffa est un Responsable des conducteurs de Taxi Moto de Kabo en activité au sein du parc CNCB à Parakou : « A Albarika ici, pendant la saison pluvieuse, c’est tout un calvaire. Déjà à l’entrée du parc, si vous le constatez avec nous, c’est vraiment difficile de passer. Quand les bus viennent, vous allez entendre un bruit dès que leur derrière tape le pavé. Quand ils prennent le long de la piste pour aller stationner, c’est encore grave avec des trous partout.»

Abdoul-Djalilou, lui, est un racoleur : « En cette saison des pluies, tout est dégradé par ici. Voyez vous-mêmes comment tout est. Vous auriez pu passer par ici hier où il y a eu pluie presque toute la journée et vraiment vous serez mal à l’aise. Les chauffeurs, si ce n’est pas qu’ils font beaucoup d’efforts pour passer tout doucement avec les usagers à bord des véhicules, vraiment on aurait pu déjà enregistrer le pire dans le parc du fait des glissements par ici par-là surtout au niveau des deux grands portails d’entrée et de sortie.»

Moussa Séibou, un conducteur de véhicule de transport en commun renchérit : « Franchement, nous en avons marre. Les nids de poule là deviennent de trop. Pire, dans tout le parc, c’est de la boue partout quand il pleut. Si tu rentres ici, il faut savoir que tu dois laver ta voiture après, avant de reprendre le trajet. L’autre danger, c’est que, si quelqu’un arrive ici la nuit et ne fait pas attention, il va casser son moteur avec tout qui se passe à l’entrée de ce lieu.»

Ce sont là autant de difficultés que rencontrent les usagers du parc CNCB de Albarika. Des difficultés, il y en existe tellement que parmi ceux et celles rencontrés sur ces lieux, bon nombre disent n’avoir point de bouche pour parler. Car déclarent-ils: « Nous avons déjà trop crié. Mais personne ne réagit de façon concrète. L’Exécutif Municipal en sait bien quelque chose mais tarde depuis tout le temps à faire ce qu’il faut.» C’est du moins ce que Touré Wahab, un Responsable Délégué du parc essaie de faire savoir sans manquer comme Hermann Chaffa de la corporation des Zemidjan-men de lancer un nouveau cri de cœur à l’endroit des autorités de la ville de Parakou.

« Nous avons tout fait. Nous utilisons parfois même les ordures pour essayer de boucher les trous quelques fois…mais vraiment, ça ne marche pas. Il faut que le nouveau Maire et son équipe nous viennent en renfort. Nous payons les taxes.». Le Délégué du parc CNCB, Touré Wahab demande pour sa part, aux autorités de penser au pavage total du lieu afin de mettre fin à toutes les souffrances des usagers. «Même si c’est seulement les pistes d’entrée et de sortie qui trouvent un bon remblayage, vraiment, ça va soulager un peu.», a-t-il laissé entendre.

En ce qui concerne la propreté des lieux, il faut noter que le parc CNCB de Albarika fait son toilettage régulier grâce aux efforts conjugués par les femmes revendeuses réunies en association. Aux dire de Dame Loukayath Yacoubou, commerçante au parc CNCB de Albarika, des campagnes de salubrité sont organisées tous les mercredis et vendredis.

A suivre…

William D. AHOUANGBONOU

Categories
Gouvernance localeSociété
5 Commenter cet article.
  • Cerveau
    12 septembre 2020 at 9 h 41 min
    Laisser une réponse

    Quand on est locataire d’un lieu, on doit en prendre le minimum de soin. Je crois que l’UNACOB doit quand-même assurer l’entretien courant des lieux, rien que pour le bien être des usagers du parc. Après tout l’UNACOB perçoit des frais auprès des taximens et des sociétés de transport en commun. Je n’occulte pas le rôle de la Mairie, elle qui est « propriétaire » des lieux.
    En somme,l’état piteux dans lequel se trouve la gare routière d’Albarika n’honore personne.

  • Fataou BIO MAKO
    15 septembre 2020 at 10 h 03 min
    Laisser une réponse

    Merci de votre commentaire.

  • 1ère édition du « Concours Quartiers Propres (CQP)’’ : Sarako pour une ville de Banikoara propre – La Perche du Nord
    15 septembre 2020 at 10 h 12 min
    Laisser une réponse

    […] Pratiquement non entretenu mais fortement animé : Le parking d’Albarika… […]

  • Entretien de la route Ouénou Tamarou : Ces initiatives communautaires salutaires – La Perche du Nord
    15 septembre 2020 at 10 h 34 min
    Laisser une réponse

    […] Pratiquement non entretenu mais fortement animé : Le parking d’Albarika… […]

  • Lancement officiellement de la campagne de Commercialisation des amendes de karité : Gogounou a abrité l’événement – La Perche du Nord
    16 septembre 2020 at 11 h 48 min
    Laisser une réponse

    […] Pratiquement non entretenu mais fortement animé : Le parking d’Albarika… […]

  • Laisser une réponse

    *

    *

    ARTICLES SIMILAIRES