147 vues

Décentralisation : entretien exclusif avec Bio Kouri Sanni, nouveau maire de Sinendé

  Il est désormais connu comme l’homme du 28 mai dans la commune de Sinendé. Bio Kouri Sanni, puisque que c’est de lui qu’il s’agit a été par ses...

 

Il est désormais connu comme l’homme du 28 mai dans la commune de Sinendé. Bio Kouri Sanni, puisque que c’est de lui qu’il s’agit a été par ses paires par 19 voix sur 19 au poste de maire de la commune de Sinendé pour les 6 prochaines années. Dans cette interview qu’il nous accordé, le natif Yarra Kouri livre ses impressions suite à sa victoire aux élections qui l’ont consacré maire. Il parle également des défis qui l’attendent pour les prochaines années et donne enfin quelques idées de la stratégie de la Fcbe pour la prochaine présidentielle. Lisez…

La Perche du Nord: Bonjour monsieur le maire. Félicitations pour votre brillante élection à la mairie de Sinendé et  merci d’avoiraccepté notre invitation. Première question, monsieur le maire, juste après votre élection dans la matinée du 28 mai dernier, quel a été votre sentiment compte tenu de l’actualité politique de ces derniers mois ?

Bio Kouri Sanni : Mes premières impressions ont été des impressions de joie et de satisfaction, parce que ce n’était pas  gagné d’avance vu les forces en présence. Nous avions en face un député à l’Assemblée Nationale, un maire, des DG et des moyens financiers importants contre pratiquement rien de notre côté. C’était pratiquement du Goliath contre David.

Mais comme Dieu seul qui sait faire les choses, il a fait son œuvre. À travers le peuple, Dieu s’est exprimé. Car, on dit que la voix du peuple est celle de Dieu. C’est lui qui est aux manettes et je ne compte que sur lui pour bien conduire cette communauté qui attend beaucoup de moi.

À présent, les élections sont passées et l’heure doit être actuellement celle du travail en faveur des communautés. Selon vous, quels sont les chantiers qui vous paraissent essentiels dans votre commune ?

Notre priorité quand nous prendrons fonction, sera l’assainissement du foncier urbain dans notre commune.  Comme c’est connu de tous, dans notre commune il y’a un désordre total : lotissements clandestins, ventes illégales de parcelles. Il y a donc une insécurité foncière à laquelle il faut régler à tout prix pour le bonheur des populations. C’est elle qui nous a choisis et c’est pour elle qu’on a été choisi. Et vous savez, cette population souffre énormément de cette insécurité depuis des décennies.

Il y a aussi d’autres priorités, certes pas des moindres, auxquelles je dois m’atteler. Il y a notamment, l’instauration de climat de confiance au sein de l’équipe de gestion de la commune, entre l’administration communale et la population. Je crois qu’il faudra aussi donner de la visibilité à la commune. En cela, je pense ne pas perdre de vu l’effectivité du projet de bitumage de la route Guessou Sud-Sinendé. Il y a certes des choses qui ont été pour ce projet. Mais, on dit quand il reste à faire, c’est que rien n’est fait. Encore que (rire), rien n’est réellement fait en ce qui concerne ce projet.

Monsieur le Maire, vous êtes l’un des rares maires de l’opposition. Comment comptez-vous faire pour la mobilisation des fonds pour relever  les défis du développement qui s’imposent dans votre commune ?

C’est vrai, notre parti est classé comme parti d’opposition à la gouvernance actuelle. Mais moi en tant maire, je ne vais  pas m’opposer au gouvernement. Le développement des communes n’est pas indépendant du programme d’action du gouvernement. C’est donc le rôle que vont jouer les responsables au niveau national qui sera déterminant pour la sauvegarde de l’idéologie du parti.

Je dois chercher les voies et moyens pour que le gouvernement n’oublie pas ma commune. Et pour que cela soit ainsi, je dois composer avec le Député de la localité qui se trouve être un ami personnel du Chef de l’État.

Votre parti a réuni moins de 15% des suffrages exprimés lors des élections passées. Conséquence, vous n’avez obtenu les 16 maires nécessaires pour les parrainages des présidentielles de 2021. Sans députés à l’Assemblée nationale, quel(s) scénario ou les scenarii imaginez-vous pour les prochaines présidentielles ? 

C’est exact, notre parti n’a pas de Députés à l’Assemblée Nationale, mais je pense que pour ce concerne la question du parrainage, si notre parti veut présenter un candidat en 2021, le problème ne se posera pas. Notre parti est pressenti pour avoir une dizaine de maires à la fin des installations des conseils communaux. En dehors des maires, comme le parti avait géré le pays, il doit avoir des amis députés qui le moment venu vont nous accorder leur signature.

Interview réalisée par: Kassim MAMA

Categories
DossierPolitique
Un Commentaire
  • Dossier : La revue de presse du Mercredi 24 juin 2020 sur les réseaux en ligne de La Perche du Nord – La Perche du Nord
    24 juin 2020 at 11 h 56 min
    Laisser une réponse

    […] Décentralisation : entretien exclusif avec Bio Kouri Sanni, nouveau maire… […]

  • Laisser une réponse

    *

    *

    ARTICLES SIMILAIRES