315 vues

Déchirement au sein des Forces cauris pour un bénin émergent : Hounkpè et consorts remercient Yayi en monnaie de singe

  Commence enfin le plus dur pour les nouveaux patrons des Fcbe Et si Yayi économisait son énergie, les siens le reniant ? Ils ont enfin décidé du sevrage ! Eux...

 

  • Commence enfin le plus dur pour les nouveaux patrons des Fcbe
  • Et si Yayi économisait son énergie, les siens le reniant ?

Ils ont enfin décidé du sevrage ! Eux ce sont Paul Hounkpè, Théophile Yarou, Ruffin Nansounon, Amadou Issifou, Idrissou Bako et consorts. Ces anciens fidèles des fidèles du leader charismatique des forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) ayant décidé de prendre leur destin en main, remercient maladroitement en monnaie de singe celui qui incarne le parti de l’opposition. Certes, il fallait à tout prix se conformer aux dispositions légales, mais politiquement, Hounkpè et sa suite ont manqué de diplomatie pour sauvegarder la cohésion au sein de leur formation politique. Ils ont préféré la voie de ce que leurs anciens partenaires qualifient de ‘’trahison et d’indiscipline’’.

Commence enfin le plus dur pour les nouveaux patrons des Fcbe…

Considérés comme des persona non grata en matière de jouissance de leurs droits politiques, les leaders politiques tels que Komi Koutché, Valentin Djènontin et autres ont désormais leur page définitivement tournée au sein des Fcbe. Leurs amis d’hier ne comptent plus faire chemin avec eux tant que ceux-ci n’ont pas fini de régler leurs démêlés avec la justice béninoise. Et ce dans une sorte de discorde et de brouille. Pourtant, ces leaders politiques exclus par leurs propres partenaires pèsent beaucoup sur la balance. Ainsi, l’on se demande ce que vaudraient Paul Hounkpè, Théophile Yarou, Ruffin Nansounon, Amadou Issifou, Idrissou Bako et consorts sans Boni Yayi. Leur charisme suffit-il pour défendre valablement le cauris ? Bien malin qui pourrait répondre.

Et si Boni Yayi économisait son énergie, les siens le reniant ?

Sauf quelques extrémistes, pour bon nombre de citoyens à la base, Boni Yayi gagnerait à se reposer pour conserver son honneur. L’ancien Président de la République entrerait dans l’histoire s’il marque enfin un arrêt et observe ses poulains ‘’rebelles’’ poursuivre l’aventure sans lui. Des observateurs et analystes politiques estiment que l’ex Chef de l’Etat n’est pas obligé de continuer ses œuvres salvatrices sous la même bannière. Le buffle de Tchaourou peut davantage marquer les esprits et le cœur des citoyens béninois en créant par exemple une fondation à travers laquelle il volera au secours des plus démunis de la République.

A suivre….

Gildas Gabin

Chronique : Boni Yayi comme  »bagages » de la mission de la Cedeao

Categories
Politique
Pas de Commentaire

Laisser une réponse

*

*

ARTICLES SIMILAIRES