117 vues

Chronique santé : Les maladies récurrentes en période d’harmattan

  L’harmattan est un vent sec, froid chargé de particules poussiéreuses venant du Sahara soufflant sur toute la zone soudano-sahélienne dont fait partie le Bénin. Il s’étend de la...

 

L’harmattan est un vent sec, froid chargé de particules poussiéreuses venant du Sahara soufflant sur toute la zone soudano-sahélienne dont fait partie le Bénin. Il s’étend de la mi-novembre à la fin mars. Pendant cette période de l’année, il sévit un climat particulier et favorable à la survenue d’un grand nombre d’affections, les unes plus graves que les autres. Cette poussière se compose de particules végétales (herbes, fleurs sèches, pollen) animales (plumes d’oiseaux, déchets de toute sorte), de microbes, de virus, de parasites, de champignons microscopiques. On constate pendant ce temps que la peau se craquelle, les muqueuses buccales se fendillent et les narines se dessèchent. Les efforts de toux et pour se moucher traumatisent les vaisseaux et les font saigner. Il est courant de voir des traces de sang dans les crachats et dans la morve. Les vaisseaux sanguins sont les principales voies pour le cheminement des germes de toutes sortes à distance: dans les sinus, les oreilles, le cerveau, le liquide rachidien.

Ainsi, plusieurs maladies sévissent pendant l’harmattan, les plus fréquentes sont la grippe, la méningite, la pneumonie, l’asthme, la bronchite, la tuberculose.

La grippe : Elle se caractérise par une fièvre accompagnée de courbatures, de nez qui coule ou de nez bouché et de fatigue. La méningite cérébro-spinale quant à elle s’annonce par des maux de tête violents, des vomissements faciles, d’une raideur de la nuque, d’une fièvre et des convulsions.

Les infections respiratoires (bronchites, pneumonie) ont comme signes de base, la toux et la fièvre auxquelles s’accompagnent des difficultés respiratoires. Des douleurs au niveau de la poitrine et des cotes.
L’asthme : Des affections allergiques, l’asthme est le plus fréquent. Il se manifeste par des difficultés respiratoires angoissantes et un sifflement dus à des allergènes tels que la poussière, les acarins, le pollen, les poils d’oiseau… La tuberculose : Elle est confirmée après une toux chronique de plus de deux semaines associée de sueurs nocturnes et d’un amaigrissement.

Outre ces principales maladies, d’autres comme la drépanocytose et les aspergilloses (rencontrées chez les personnes immuno-déficientes se manifestant sous diverses formes : rhume, bronchite chroniques) sont également fréquentes pendant cette période fraîche.

Face donc à tous ces facteurs de risque de maladies en temps d’harmattan, il urge de prendre certaines précautions. Pour être à l’abri de toutes ces infections, il faut éviter de prendre froid en se couvrant bien la nuit et le matin. Protéger les voies respiratoires à l’aide de cache-nez, humidifier les voies respiratoires: solutions de lavage physiologique, beurre de karité. Se vacciner contre la grippe, la méningite. Pensez à la méningite, quand il y a des céphalées violentes avec vomissement facile en jet. Consulter le médecin pour les traitements appropriés dès les premiers signes.

Mouguibath Mouritala Moutari (stagiaire)

Pollution sonore : Sacca Lafia met en garde les tenanciers de buvettes, restaurants, et promoteurs d’activités de cultes religieux

Categories
Société
Pas de Commentaire

Laisser une réponse

*

*

ARTICLES SIMILAIRES