387 vues

Ville de Parakou : Une animalerie à des fins de magie au cœur du marché Arzèkè

  Le marché international Arzèkè de Parakou est le plus grand marché de la partie septentrionale du Bénin et le plus moderne du pays. Au niveau de ce centre...

 

Le marché international Arzèkè de Parakou est le plus grand marché de la partie septentrionale du Bénin et le plus moderne du pays. Au niveau de ce centre commercial de la cité des Koburu, on y trouve toutes sortes de marchandises y compris parfois les plus insolites. C’est le cas d’une zone de ce marché où des animaux domestiques et sauvages sont exposés pour des besoins de la magie noire.

Samedi, jour officiel d’animation du marché international Arzèkè de Parakou. Il est 15 heures et ce dernier grouille de monde. Des commerçants  discutent les prix avec des clients. D’autres sont tout simplement assis devant leur commerce.  C’est justement le cas de Fatouma, une quinquagénaire. Assise devant des tortues, des pigeons, des crabes, des escargots et des chattons, elle guette d’éventuels clients. Au niveau de son environnement immédiat, on retrouve, en dehors des animaux qu’elle expose, des chiots, des poulets, des pintades (sauvages et domestiques), des canards, des poussins, des lapins, des dindons et autres petits animaux domestiques et sauvages.

Interrogé sur la nature de ses clients, Fatouma explique que la majorité de ceux qui viennent acheter à son niveau sont en général des marabouts, des charlatans ou des détenteurs des secrets ancestraux de la guérison ou de la magie. «Celui qui vient acheter un escargot ou une tortue, comprenez que ce n’est pas pour sa bonne chaire», confie-t-elle. Une allégation que confirment certains de ces collègues du marché et une cliente rencontrée sur les lieux. Son nom, Ogou Sourou. Elle est adepte et prêtresse du culte endogène reconnu sous le nom Ogou-Ogou. D’après elle, c’est pour s’approvisionner en éléments nécessaires pour les sacrifices que doivent faire ceux qui viennent solliciter ces services qu’elle vienne sur les lieux tous les samedi. «Chez moi, à Sirarou, on ne trouve pas tout le nécessaire. C’est pour cela je viens ici car tout ce qu’on cherche se trouve là», temoigne-t-elle. En dehors des marabouts, dame Fatouma confie également que de simple tiers peuvent venir acheter ces animaux pour des fins de guérison ou pour de la magie. Cependant, on note que des poulets achetés peuvent être aussi destinés à la consommation domestique.

Une sécurité sanitaire peu rassurante

Au niveau du site de vente des animaux domestiques ou sauvages du marché international Arzèkè de Parakou la question du sanitaire reste un point d’ogre. Les animaux sont manipulés tous les jours sans aucun minimum de contrôle et de suivi vétérinaire. Ce qui  ne garantit ni la sécurité sanitaire des personnes ni celle si des animaux. Aucun commerçant interrogé sur les lieux n’a certifié que ces animaux sont suivis et traités, en cas de maladies. «Si l’un des animaux ne va pas bien, on le sépare des autres et s’il meurt, c’est la poubelle.  Ce qui est une perte pour nous», explique l’un d’entre eux. Comme le fait remarquer un visiteur du marché, Audrey Tamou, au niveau du site, l’air est nauséabond. Pour lui, les animaux peuvent facilement se contaminer des maladies comme ils peuvent le transmettre aux hommes au cours de leur manipulation. «Je ne suis pas médecin, je ne suis non plus vétérinaire. Mais avec l’actualité des épidémies comme la grippe aviaire et le Lassa, je peux dire que nous ne sommes pas à l’abri», confie-t-il.

Ainsi, les animaux et les usagers du marché ne sont pas forcement à l’abri des maladies qui peuvent se transmettre d’un animal à un autre et d’un animal à l’homme.

Kassim Mama

Categories
DossierSociété
2 Commenter cet article.
  • Participation for all
    3 juin 2019 at 9 h 49 min
    Laisser une réponse

    Pres d’un tiers de la population est catholique. L’ archidiocese de Parakou a ete cree en 1948, alors que la region etait placee jusqu’a l’epoque sous le controle de l’ archidiocese de Niamey ; il est l’un des deux archidioceses du Benin. La ville a recu la visite du pape Jean-Paul II en 1993, il y a celebre une messe dans le stade municipal le

  • Laisser une réponse

    *

    *

    ARTICLES SIMILAIRES